ACTUALITÉS

Parutions récentes

 

  • Traduction espagnole de Aux couleurs de Rome de Valéry Larbaud: A los colores de Roma, Santiago du Chili, Hueders.

 

Sans titre 2.png

 


 

  • Traduction espagnole de L’Inexpressif musicalLo inexpresivo musical, Madrid, Arena Libros.

25395865_1964893153750109_440454304675133091_n.png

Quatrième de couverture :

La música, decía Stravinsky, es inexpresiva por esencia. No expresa ni las ideas ni las emociones humanas; sólo se expresa a sí misma. El sentido y la belleza de la música son esencialmente musicales: se encuentran en las disposiciones de los sonidos en el tiempo; cualquier otro “significado” de la música es extra-musical y por tanto no-musical. Por ello, este sentido y esta belleza son inherentes al objeto musical, es decir, a un objeto que sólo existe en el presente, en la movilidad, lo instantáneo, lo efímero. En eso la música se acerca a la vida y constituye así un objeto maravilloso que permite que el hombre se reconcilie con el tiempo, de ahí procede ese poder infalible que ella tiene, cuando se le presta oído, de suscitar la alegría.

De la inexpresividad de la música a la inexpresividad de lo real, y viceversa; de la alegría musical a la alegría de vivir, y al revés.

 

 


 

  • Traité des apparences, Les Belles Lettres, coll. encre marine, septembre 2017.

20228707_1901644583408300_590988069310678106_n.png

Présentation de l’éditeur :

Ce troisième volume élargit la critique de l’expressivité, au profit de la notion d’apparence, à l’art en général, à la politique et à la philosophie. Le livre commence par un prologue où l’on montre que la recherche, issue de la tradition herméneutique judéo-chrétienne, d’un sens dissimulé et mystérieux de la réalité s’oppose à la vision, grecque, selon laquelle la réalité est déjà elle-même sa signification. C’est cela que désigne le terme d’apparence. Le premier chapitre met en oeuvre la critique de l’expressivité dans l’art, pris comme moyen de communication au même titre que de dissimulation d’un sens. Le deuxième chapitre critique la politique et la morale qui se déduisent de la perspective expressionniste. Le dernier chapitre fait état des formes philosophiques dont la notion d’expression semble être la clef de voûte et expose à leur encontre une esquisse de philosophie des apparences.

Quelques recensions :

 


 

  • Avec Clément Rosset : Esquisse biographique, entretiens, Les Belles Lettres, coll. encre marine, septembre 2017.

18839051_1880538268852265_2284334980191761298_n.png

 

Présentation de l’éditeur :

Dans ce livre, Clément Rosset s’entretient librement avec Santiago Espinosa sur divers sujets.

Dans une première partie, comprenant cinq entretiens, Rosset raconte avec humour les quatre épisodes marquants de sa vie l’ayant conduit à la réflexion philosophique. Il est ainsi question de son enfance, de son amour de la musique et de la littérature, de ses années de normalien et de son entrée à l’Université de Nice. Il y revient sur ses auteurs de prédilection, sur ses rapports avec l’Académie et avec les philosophes dont il a été le contemporain et parfois l’ami (Cioran, Deleuze, Jankélévitch, Descombes).

Dans une seconde partie, deux entretiens visent, au vu d’un certain nombre de contresens ayant été faits par des commentateurs à son égard, à clarifier et à détailler les concepts-clés de sa philosophie : le double et le réel. Il s’agit donc à la fois d’un livre biographique, où Rosset parle de lui-même, et d’un ouvrage de fond, où le lecteur trouvera, tantôt un supplément conceptuel aux livres qu’il aura lus de sa philosophie, tantôt une introduction et une invitation à leur lecture.

Quelques recensions :

 


Interventions récentes :

  • Entretien avec David Christoffel à propos de Voir et entendre, La Radio Parfaite, ici.
  • Conférence « Eléments pour une philosophie de l’écoute », Institut du Tout-Monde, ici.


A venir : 

  • Table ronde L’expression musicale : mythe ou réalité ?, Philharmonie de Paris, 7 novembre 2018.